lundi 11 décembre 2017

L'atelier d'écriture n°287 de Leiloona : Une histoire burlesque impliquant un homme, un avion et le ciel, tout simplement

Calvin a toujours été effacé par rapport aux autres. Quand il s'agit de manger avec ses collègues, il se recroqueville seul sur sa chaise trop grande pour lui, ouvrant à peine la bouche pour parler, n'élevant jamais la voix. On le dit mystérieux, il se dit réservé. On le trouve original, il se trouve mal sapé. On le sait parfois dans la lune, il se sait gros fainéant qui attend souvent que le temps passe. On le décrit stressé, il se décrit comme "un gros fumeur de merde", pour reprendre ses mots. On le croit intelligent, il se croit juste trop débile pour prendre part aux débats du groupe. Il est coincé sous un amas de préjugés envers lui-même. Il a l'impression constante qu'on l'exclu, et pour cause : il est aviophobe. C'est quand même sacrément bête ça, y'a pas à dire.

(Ceci dit, cela explique la distance mise entre lui et ses collègues quand je l'ai vu pour la première fois. Et si vous vous demandez comment j'ai découvert cette histoire, c'est l'avion lui-même qui me l'a raconté.)


Ce texte a été écrit pour l'atelier d'écriture de Leiloona. La photo a été prise par (c) Leiloona.

mercredi 29 novembre 2017

42 jours de Silène Edgar




Auteure : Silène Edgar 

Maison d'édition : Castelmore 

Nombre de pages : 320 pages 

Année de sortie : 2017




Résumé : Sacha, douze ans, et Jacob, son petit frère, sont à la fois surpris et très contents de partir en vacances avant la fin de l’année scolaire. D’autant qu’ils auront la chance de séjourner dans la pension de leur oncle Jean, un manoir breton au bord de la mer ! Une fois sur place, ce n’est pas tout à fait la colonie qu’ils s’imaginaient : les pensionnaires sont de drôles d’adultes qui se prennent pour Victor Hugo, Louis XIV, Nefertiti… Mais les garçons ne s’y ennuient pas une minute : le manoir est plein de secrets sur lesquels enquêter. Qui fait ces bruits étranges dans le grenier ? Et que sont ces mystérieux loups qui rôdent dans les parages ?

Introduction : Après 14-14 , Adèle et les noces de la reine Margot et Les lettres volées (que je n'ai malheureusement pas chroniqué), voici venu le nouveau-né de Silène Edgar, une auteure que j'apprécie particulièrement, aussi bien pour ses bouquins que pour la personne qu'elle est. Chacune de ses publications haussent encore un peu le niveau, d'après moi. Et celle-ci ne déroge, une nouvelle fois, pas à la règle.

Commentaire : Les deux protagonistes de cette histoire se nomment Sacha, 12 ans, et Jacob, son petit frère. L'histoire et la narration ont beau être à la troisième personne, c'est bel et bien sur Sacha que, très vite, l'histoire se concentre. Plus grand, plus mâture, plus proche de nous, on a tendance à mieux le comprendre que son petit frère, encore trop jeune pour saisir tout ce qui gravite autour d'eux. Ainsi, je ne me suis pas particulièrement attaché au cadet, qui, même si il est souvent l'une des clés du bon déroulement de l'histoire, passerait presque à certains moments pour un personnage secondaire, voir un élément perturbateur. Concernant Sacha, eh bien... Comme pour presque tous les personnages principaux des romans de Silène Edgar et plus généralement comme tous les personnages  qui sont destinés à cette tranche d'âge (10-14 ans), j'ai eu un peu de mal à m'attacher à lui. Peut-être est-ce dû à un manque de maturité à certains moments clés de l'aventure. Mais finalement, et comme souvent, le courant finit par passer, les atomes s'accrochent, et on se rend compte finalement qu'on aurait sûrement fait les mêmes bêtises que lui, et qu'il s'agit pour lui d'apprendre la vie, de mûrir aussi. Sacha ressortira largement plus mûr et plus fort de ces épreuves. Ce dernier est assez curieux et têtu, ce qui va lui valoir pas mal d'ennui tout au long du livre. Mais derrière ça, il y a aussi un garçon sensible, naïf parfois , qui se pose des questions sur lui, sur ce qui se passe en Europe... C'est aussi cela qui fait tout son charme. Un bon personnage en définitive, auquel les lecteurs qui auront peut-être deux ou trois ans de moins que moi pourront largement s'identifier.

Côté personnages secondaires, j'ai beaucoup aimé les "fous, qui ont ramené pour moi un réel plus à l'histoire. Les adultes m'ont un peu charmé, même si Jean est quelqu'un d'admirable. Je n'ai par contre pas du tout accroché avec les parents de Sacha et Jacob, qui je trouve sont un réel frein au développement de leur fils, même si leur attitude est totalement compréhensible et normal, par les temps qui courent en 1942.


L'histoire est conceptualisée par la seconde guerre mondiale, une toile de fond oppressante et ovni-présente tout au long de l'histoire. Je pourrais d'ailleurs découper celle-ci en différentes parties, que je me garderais toutefois bien de vous décrire et d'analyser (il faut garder tout de même un peu de suspens non ?). La première réflexion qui m'est venu à l'esprit lors de l'arrivée de Sacha et Jacob au manoir était une comparaison, un parallèle avec Miss Pérégrine et les enfants particuliers. Bon, vous me direz, pas très original comme comparaison, et je suis sûr que c'est aussi celle que vous avez eu le loisir de faire en lisant la première de couverture, mais bon, que voulez-vous ? La seconde guerre mondiale, le manoir, l'ambiance... Attention, je ne sous-entend absolument pas que l'auteure a plagié de quelconque façon l'oeuvre de Ransom Riggs. Ici, Silène Edgar mêle le huis-clos du manoir et le road-trip des voyages. Certains éléments clés de l'histoire restent prévisibles pour le lecteur, mais pas pour les personnages, et c'est justement ce cheminement qui jusqu'aux révélations qu'il est très intéressant de suivre. En effet, Silène Edgar ne nous ennuie pas du tout avec ce livre, que j'ai trouvé beaucoup moins posé que les précédents basés eux aussi sur des périodes historiques. Je trouve qu'elle a moins accentué ce côté historique justement, pour laisser un peu plus de place à l'action, qui est quasiment tout le temps présente, à part pour laisser place à quelques révélations de taille pour faire avancer l'histoire et entraîner nos personnages dans d'autres aventures. J'ai eu beaucoup de surprises au cours de ma lecture, et elles sont bonnes pour la plupart (notamment pour les remerciements). Avec ce roman, qui clôt certainement cette saga de bouquins encrés dans l'Histoire de la France, Silène Edgar a véritablement trouvé le bonne équilibre entre l'Histoire et le roman d'aventure.

Niveau écriture, Silène Edgar, sans toutefois surprendre, ne déçoit pas. On retrouve cette narration si simple et addictive à la fois, qui donne cette belle impression au lecteur d'être aux côtés des personnages de l'histoire. J'ai hâte de voir ce qu'elle va nous proposer par la suite dans sa bibliographie !

Un roman sûrement à lire après tous les autres de la géniale bibliographie de Silène Edgar, comme la cerise sur le gâteau !

lundi 27 novembre 2017

L'atelier d'écriture n°285 de Leiloona : Premiers mots du grand retour...

Premiers mots du grand retour... J'ai médité, j'ai réalisé que je devais quitter la triste réalité pour retrouver une inspiration... Non....

Premiers mots du grand retour... Devant ces grands bateaux blancs et calmes, une vie de tranquillité... Non, non, ça va pas...

Premiers mots du grand retour... L'écriture et la plume à son apogée/ l'esprit est torturé/ J'y ai pensé à ce texte.... Non, non, non…….. !

Premiers mots du grand retour.... Une habitude de perdue, une histoire difficile à raconter, celle de cet adolescent cramant des clopes sur le marché... Non... C'est pas possible...

*Conscience : Tu n'y arriveras pas, jamais. Plus jamais. Tu n'es plus et ne seras jamais plus celui que tu as été. Il est temps de reposer la plume au placard.
Moi : Ah oui tu crois ? Lis un peu ça pour voir.*

Premiers mots du grand retour. Toujours vivant. Toujours en quête de l'Ipséité. Toujours le même et toujours aussi imprévisible en même temps. Vous savez...

J'aurais pu vous parler de mes états d'âmes, d'un homme au passé poétique, d'un despote éclairé par une vie qu'il ne ferait que semblant de comprendre.


J'aurais pu proposer à un des membres de cette merveilleuse communauté une collaboration.


J'aurais pu essayé à nouveau de varier, de conceptualiser à nouveau.


J'aurais pu vous demander de me lire avec telle ou telle musique en fond.


J'aurais pu vous demander de me lire à la lueur d'une bougie ou d'une lampe.


J'aurais pu vous demander de me lire en imaginant telle ou telle voix, tel ou tel personnage lisant ces lignes. 


Mais non. Pas aujourd'hui, pas ce soir, pas maintenant. Je devrais m'excuser, il y a tellement de promesse que je n'ai pas tenues, tellement de choses que j'ai essayé de vous dire avec les précédentes photos, tellement de mots que je n'ai pas réussi à aligner dans le bon ordre.


*Conscience : Mais finalement, ce texte de retour est encore un satané concept. Tu reviens toujours à la même chose, mais sous un nuance différente.
Moi : Tu as peut-être raison... Mais tu vas me laisser finir ou bien ?*


J'ai pris mon temps, il est vrai. J'ai changé, en deux mois... Hum... En fait non. Je ne peux pas dire ça. C'est à vous de juger, ça. J'ai pris quelques centimètres, pas mal de cheveux. La plume un peu plus ronde, par manque d'avis, de critiques. L'écriture, exercice redevenu personnel comme elle l'avait rarement été. Un quotidien qui m'a emprunté une passion, une bulle d'évasion. Ce fût une rentrée Ô combien compliquée, avec pas mal de révélations, de changements, de remises en question. Conclusion ? Un blog mis entre des parenthèses dorées, des visites hebdomadaires, histoire de reprendre espoir, de tenir encore un peu, de reprendre des forces. Une boisson énergisante, si on veut. Il y a eu pas mal de lectures, aussi. Une grande inspiration artistique, Eminem, déjà présente sur mon précédent texte.


*Conscience : Mais là tu nous racontes ta vie ! Et puis quel est le rapport avec cette photo ?!
Moi : Tais toi.*


La photo ? Une métaphore. La première qui m'est venu à l'esprit lorsque j'ai vu l'image. Une figure de style idéal pour broder un (médiocre) texte de retour.


*Conscience : Bon tu vas nous la balancer cette idée du siècle ?*


Si je vous dis que ces deux navires sont finalement deux symboles de la vie et de ses obstacles, qui resserrent peu à peu leur étaux coupant et blessant. La vie ? La mer calme et bleue, agitée tantôt de soubresauts inattendus. Moi ? Ce petit rectangle au milieu, face à l'immensité turquoise du quotidien. Peut-être arriverais-je tout en haut de cette colline brumeuse, je me le souhaite...


*Consience : Elle est pas tellement bien amenée cette métaphore, j'ai vu mieux de ta part...
Moi : Peut-être, peut-être...*


Comment finir ? Ah oui... Attendez-vous à quelques surprises... Dernier point du grand retour.




Ce texte a été écrit pour l'atelier d'écriture de Leiloona. La photo est d'ailleurs prise par elle-même.

dimanche 12 novembre 2017

Les cancres de Rousseau d'Insa Sané



Auteur : Insa Sané

Maison d'édition : Sarbacane 

Collection : Exprim' 

Nombre de pages : 400 pages

Année de sortie : 2017 




Résumé : C’est l’année ou jamais pour Djiraël. Il est en terminale et il a la chance de se retrouver dans la même classe que ses potes de toujours : Armand, Sacha, Rania, Doumam et Jazz. En plus, le prof principal, c’est Monsieur Fèvre – le seul prof à s’intéresser à eux… Il ne manque au bonheur de Djiraël qu’un baiser de Tatiana, qu’il convoite depuis la Seconde. En tout cas, Djiraël a décidé que cette année serait inoubliable. Aussi, quitte à se mettre l’administration à dos, il fera en sorte que l’éclate passe avant le baccalauréat. Le bonheur ne se conjugue pas au futur… Sauf que Monsieur Fèvre va avoir besoin d’aide. Et qu’il faudra donc, pour Djiraël, faire le choix entre sa quête d’amour, son intérêt personnel, les promesses faites à ses amis, et la nécessité d’agir selon son devoir. Parfois, on a décidé d’un truc et finalement on fait tout l’inverse.

Introduction : Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Sarbacane pour cet envoi !

J'ai tellement entendu parler de cet auteur et de sa fameuse "Comédie Urbaine" ! Son retour ? Un événement. Moi qui n'avait jamais lu de roman d'Insa Sané avant "Les Cancres de Rousseau" (oui vous pouvez me frapper si l'envie vous en prend), je compte bien lire toute son oeuvre. Mais bon, comment faire autrement après une claque pareille...


Note d'avant-propos : Cette critique reste d'être assez confuse et désordonnée... Ce sont les émotions qui parlent, comme rarement son auteur a pu les laisser parler. Une chronique expérimentale, si vous voulez... L'auteur espère que le tout vous plaira !

Commentaire : Il est vrai, j'ai eu cette année énormément d'excellentes lectures, beaucoup d'entre elles m'ont marqué au fer rouge. Je n'ai pas vraiment eu de grosses déceptions en 2017 (pour le moment). Et par ailleurs, j'ai toujours essayé de varier ma manière d'écrire mes chroniques, avec des arguments différents, des petites touches d'humour, des figures de style parfois, quand l'inspiration atteignait son summum... J'appuyais souvent sur des points en particulier, ces choses qui font qu'une lecture reste en tête, ça peut être un personnage, une ambiance, une scène particulière, la fin de l'histoire... Malgré mes avis quasiment toujours positifs, j'ai toujours (je le crois) réussi à rendre mes chroniques uniques et différentes les unes des autres. Je tiens tout de suite à le préciser, ce roman est un coup de coeur. Un coup de coeur de la trempe d'Eleanor & Park, de la drôle de vie de Bibow Bradley, de Marquise, de Sirius ou encore du Coeur des Louves, qui sont sans aucun doute mes meilleures découvertes de cette année. Mais rarement, un livre ne m'avait autant remis en question sur ma manière d'écrire une chronique, sur ce que j'allais écrire. Un article doit pour moi toujours rendre service au livre, non seulement en lui faisant de la pub parfois, mais en orientant le public qui risque de vous lire, en expliquant, décrivant, en faisant une critique argumentée sur ce qui ne nous a pas plu... Mais parfois, il y a des romans avec lesquels on a la sensation de ne pas rendre service à l'oeuvre, voyez-vous ? Je me suis longtemps pris la tête sur ce que je pouvais bien raconter concernant les Cancres de Rousseau... Aujourd'hui, ce que je présente à vous est similaire aux pensées et sensations qui m'ont traversé après ma lecture... Des mots simples, mais sincères. Des choses claires et complexes à la fois. Des questions et des réponses. Les Cancres de Rousseau d'Insa Sané, quoi.

De ce livre, je n'avais eu l'occasion de découvrir pour toute mise en bouche un petit chapitre, offert dans le fascicule confectionné à l'occasion des 10 ans de la collection Exprim'. Quelques pages à peine, dont je comprendrais plus tard leurs enjeux cruciaux, une fois replacés dans le contexte si particulier du bouquin. Et d'emblée, après une ou deux relectures, j'ai beaucoup aimé le personnage principal de ce roman, Djiraël, un jeune homme de dix-huit. Djiraël est quelqu'un de très simple et très complexe à fois, et il sera très dur pour le lecteur de distinguer les contours les plus nets de sa personnalité pleine de surprises et de nuances noires et blanches. Le livre est à la première personne. Tout ce je peux vous assurer, c'est que ce personnage merveilleux ne vous laissera en aucun cas indifférent, dans tous les sens du termes, et que Insa Sané nous plonge merveilleusement bien dans la tête de son personnage (ou de lui-même, quelques années en arrières...). Je n'en dirais pas plus sur lui, mais sachez que j'ai vraiment, vraiment eu la sensation d'être lui. Il nous décrit tellement bien ce qu'il pense, ce qu'il voit, ce qu'il aimerait qu'il se passe dans sa vie tout en gardant toujours une pointe de mystère dans ses paroles. J'ai vraiment du mal à mettre des mots sur ce que je pense à propos de Djiraël. Ou si peut-être que si, je les ai... Attendez... Pour moi, il est simplement... Réel. On croise souvent des personnages, au travers de nos lectures, auxquels on s'identifie, auxquels on s'attache, qui nous ressemblent même parfois. J'ai parfois eu cette sensation de réalité (Dylan Dubois de Martine Pouchain), mais en aussi fort, je crois bien que c'est la première fois. Djiraël dépasse pour moi l'espace du simple bouquin. Je me suis fais un ami. Je l'imagine, marchant il y a quelques années dans les rues de Sarcelles avec sa bande à lui, rigolant tantôt, plonger dans ses pensées parfois, triste, rarement. Voilà comment je pourrais définir Djiraël. Un super ami.

Et ses amis ? Sa bande ? On rigole franchement. J'ai beaucoup, ne cesserait-ce que souri, pendant ma lecture. Plongé dans la tête de Djiraël, on devient évidemment le compagnon de ces personnages que la société n'épargne absolument pas. Je n'ai pas envie de vous les décrire un par un, tant ils forment un bloc uni et soudé d'après moi, même si on les différencie très facilement les uns des autres. On ressent une affection qui ne fait que croître tout au long de l'histoire. Ce que j'ai aimé chez eux ? Leur philosophie de vie. Celle-ci nous la mène dur, alors on la lui rend bien, et, avec en supplément, des éclats de rire, s'il vous plaît. Je trouve qu'à travers eux (Djiraël compris), Insa Sané nous a offert sur un plateau une bonne partie des sentiments et des traits de caractères que l'on peut retrouver dans la vie de tous les jours, si tenté que l'on ouvre un peu les yeux. Il associe dans sa palette de personnages les contraires. L'égoïsme et la générosité, la timidité et le "rentre dedans". Et évidemment, je ne vous dirais pas qui est qui. Un beau petit monde si réaliste, que j'ai souvent eu la sensation de les croiser à un carrefour, à travers quelques amis riant outrageusement. Vous me manquez, les copains...

Et finalement, qu'est ce que l'histoire est incroyable. On l'oublie, carrément. Tant qu'on est avec eux, qu'on passe du bon temps ensemble, l'histoire passerais presque au second-plan... Je suis quand même en train de vous affirmer que je porte tellement les personnages dans mon coeur, que Insa Sané aurait pu me raconter n'importe quoi qu'il m'aurait eu totalement dans la poche ! Mais il ne l'a pas fait... Et cette garce d'histoire nous rattrape, comme dans un grand huit géant, pour nous prendre à la gorge, nous attraper, et nous enfoncer la tête la première dans un sac que l'on nommerait "Les cancres de Rousseau". Cette histoire, c'est celle d'une année incroyable que l'on passe aux côté de Djiraël et des siens. Et là encore, ... J'ai envie de jurer corps et âmes pour tout vous décrire, pour vous captiver... Grrr, je me prends encore trop la tête...C'est d'ailleurs là aussi que Insa Sané a fait très très fort. Certes, on rit, on ressent des émotions dingues qui font qu'on a l'impression de vivre une seconde vie... Mais on réfléchit. Enormément même. Je me suis arrêté pas mal de fois pour réfléchir à quelques phrases remplies par les sous-entendus, que notre cher ami nous sert comme ça, entre deux scènes du quotidien. C'est un livre qui prend quelque part une dimension politique intense, puisque l'auteur aborde des sujets tel que le racisme, les violences policières... Récapitulons, si vous le voulez-bien, messieurs-dames. Nous avons : de l'émotion intense, de la réflexion en veux-tu, en voilà, des éclats de rire presque tous les chapitres. Que demander de plus ? Un peu d'action ? Vous en avez aussi ! Et plutôt pas mal. Comment est-ce possible ? Eh bien, vous saupoudrez le tout de révolution, véritable récolte des graines semées par les anciennes générations. Une flamme qui se transmet petit à petit au lecteur, qui s'embrase à son tour, et se voit bientôt leader d'une révolution. Ce récit, rythmé par le lycée, les amis, la famille, les soucis de coeur, nous offre ce qu'il y a peut-être de mieux ces temps-ci en littérature adolescente. Il y a le fond et la forme. Comment conclure ce paragraphe me direz-vous ? Ah je crois qu'il y a un mot que j'ai très peu utilisé depuis le début mais qui est légitime : Merci.

Comme décrit plus haut, la réflexion ne manque pas dans ce livre aux milles surprises. Insa Sané écrit avec force, des scènes vous font l'effet d'un coup dans la cage thoracique, tandis que d'autres offrent des moments de douceur et de fraîcheur, comme le goût d'un bonbon qui pique après avoir réussi à avaler la couche qui pique. C'est d'ailleurs comme ça qu'on pourrait résumer la vie des personnages : Des moments de bonheur arrachés grâce à d'autres, qui piquent le coeur et la peau. Il y a pas mal de comparaisons, parfois très poétique, parfois désespérément loufoques, à travers tout le roman. On peut aussi croiser le chemin de quelques belles métaphores. Avec un fond toujours très recherché, bien sûr ! Le fond et la forme.

J'espère de tout coeur découvrir vite les autres oeuvres de Insa Sané, et (soyons fou) pourquoi le rencontrer un jour ! En tout cas, je prendrais dans l'ordre. Prochaine destination : Dakar. Et je me suis renseigné (c'est rare mais ça arrive) devinez avec qui ? Notre cher Djiraël !

Quand je parlais d'émotion et de détail, je ne pensais pas que cette chronique ferait cette taille ! J'espère que celle-ci vous aura vraiment plu et j'espère surtout vous avoir convaincu qu'il faut A-BSO-LU-MENT découvrir ce chef d'oeuvre, coup de coeur absolu de cette fin d'année !

vendredi 3 novembre 2017

Un espion à vélo de Yona Zelios Mc Dounough



Auteure : Yona Zelios Mc Dounough

Maison d'édition : Magnard jeunesse 

Nombre de pages : 176 pages 

Année de sortie : 2017





Résumé : En 1942, les Allemands entrent en zone libre et envahissent le village de Marcel, où ses parents sont boulangers. Fou de cyclisme, il est incollable sur le tour de France et fait parfois les livraisons pour eux à vélo. Mais un jour, Marcel découvre que les miches de pain qu’il transporte cachent des messages secrets. Ses parents, si discrets, font partie de la résistance.
C'est alors qu'arrive une nouvelle dans sa classe, Delphine. Sur son grand vélo rouge, elle est non seulement jolie, mais aussi la plus forte à la course ! Marcel et elles deviennent amis et prennent l’habitude de se retrouver en secret. Bientôt, Marcel comprend qu'elle et sa famille doivent se cacher. Pour les aider, il se lance à corps perdu dans une dangereuse course contre la montre


Introduction : Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Magnard jeunesse pour cet envoi !

Je ne connaissais pas du tout l'auteure (Yona Zelios Mc Dounough) avant de découvrir ce roman, et encore moins l'histoire, car j'ai pris l'habitude de ne plus lire les quatrièmes de couverture des romans, de manière à avoir une surprise et une immersion totale dans l'histoire. J'étais réellement curieux de découvrir ce que recelait un tel bouquin et de savoir comment l'auteure allait aborder la Seconde Guerre mondiale, car la couverture ne laisse d'après moi aucun doute sur le thème de fond de ce bouquin.


Commentaire
: Le personnage principal de cette histoire se nomme Marcel, un jeune garçon passionné par le cyclisme. Lui et ses parents, tous deux boulangers, vivent dans un petit village du sud de la France non loin (à ce que j'ai compris) des Pyrénées. Contrairement aux personnages de certains bouquins destinés à cette tranche d'âge (8-12 ans), je me suis tout de suite attaché à Marcel. Je l'ai trouvé très lucide sur la situation actuelle de son pays, sur la guerre. Il est naïf mais pas trop quand même, l'auteure a bien su doser cette partie de sa personnalité. Il se rend compte très rapidement de certaines choses, mais d'autres le font à peine tiquer, sans qu'il ne s'arrête vraiment dessus et prenne le temps de réfléchir.
Le lecteur a deviné ces dernières depuis le début, bien évidemment. Cet aspect du livre peut parfois nous énerver, mais cela rend aussi Marcel plus réaliste, plus innocent, plus attachant aussi. On compatit, on aimerait l'aider, lui dire que cette horrible guerre se finit dans deux ans, qu'il faut tenir... Quant à Delphine, on l'apprécie tout autant, même si le lecteur la connaît beaucoup moins que Marcel. On voit une certaine fragilité derrière sa force à la course cycliste et sa connaissance à l'école. Elle aussi, on veut l'aider. J'ai trouvé les parents très courageux. Je n'en dirais pas plus sur les personnages, au risque de vous spolier.

Parlons de l'histoire à présent. Celle-ci nous plonge donc en plein milieu de la Seconde Guerre mondiale, en 1942. Alors que l'on parle souvent des grandes batailles, des invasions, l'auteure nous montre la campagne, comment on y vit, ou plutôt survivre. On voit les conditions très difficiles dans lesquelles vivent les habitants de ce village, on voit aussi que la vie continue, malgré tout.
On suit Marcel dans son quotidien, rythmé par l'école, la lecture, les courses à vélo, les courses pour ses parents avec des messages secrets.  Quelques éléments viennent pimenter le tout. Le lecteur est pris dans l'histoire, on a l'impression d'être assis derrière Marcel, sur sa selle, sur les routes de campagne. On stresse avec lui quand on voit des soldats, on est heureux avec lui d'aller à la rencontre de Delphine. A ma grande surprise, on ne s'ennuie pas. Quand l'histoire s’essouffle, un événement vient relancer notre intérêt pour le livre. De plus il faut à peine une dizaine de pages à la romancière pour mettre en place ses personnages et les lieux avant que Marcel ne découvre la face cachée de ses parents.


C'est un livre qui se lit très rapidement. On ressent, au fur et à mesure des pages, le travail de documentation faite par l'auteure, pour nous offrir la meilleure immersion possible. Celle-ci est d'ailleurs très réussie. Yona Zelions Mc Dounough nous retransmet de part son écriture beaucoup d'émotions différentes, tout en utilisant des mots simples et compréhensibles de tous. Les descriptions ne sont pas trop complexes ni lourdes, ce qui fait qu'on ne décroche pas de l'histoire.


La fin est assez douce, même si le lecteur ressent une pointe de tristesse et d'espoir, tout comme Marcel. On est apaisé, malgré tout. La boucle est bouclée.


Un très bon livre sur un aspect de la Seconde Guerre mondiale assez peu abordé en littérature jeunesse. A recommander à partir de 10 ans à tout lecteur fan d'histoire et d'aventures (et de cyclisme) !

Les Aériens de Marie-Catherine Daniel


Auteure : Marie-Catherine Daniel

Illustrateur : Timothée Leman

Maison d'édition : Sarbacane 

Collection : Pépix Noir 

Nombre de pages : 160 pages 

Année de sortie : 2017



Résumé : Dure rentrée de 5e, pour Alexandre : tous ses amis l’ont abandonné car Romain, son grand frère, est responsable de la mort d’un lycéen dans un accident de moto. Théo et sa bande sont prêts à tout pour faire payer Romain – y compris s’en prendre à Alexandre, qu’ils harcèlent chaque jour. Heureusement, il y a Sarah, la nouvelle au collège. Elle n’aime pas les injustices et aide les deux frères. C’est justement en se réfugiant chez elle, un matin, qu’ils font la connaissance d’un être étrange : Courantd’Air.

Courantd’Air est un Aérien : un nuage de particules, invisible tant qu’il ne se charge pas de poussière. Il explique aux trois amis qu’il s’est fait piéger dans le lave-linge de Sarah alors qu’il fuyait un autre Aérien, le terrifiant Blizzard, qui vient d’arriver dans la région avec sa bande d’envahisseurs.


Leur but ? Détruire la ville !


Introduction : Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Sarbacane pour cet envoi !

Après la trilogie Nils et Zéna, la collection Pépix Noir ajoute à son palmarès "Les Aériens", un roman qui lie suspens et fantastique, d'après le peu que j'ai pu lire sur ce livre. En effet, je me suis très peu renseigné sur ce livre, et j'ai bien fait. Agréable surprise.


Commentaire : Je lis de moins en moins les quatrième de couverture de mes lectures, de manière à garder le maximum de surprise au moment de ma lecture. Et parfois, ça m'offre quelques jolies surprises. Et ce bouquin en est une ! Dans celui-ci, nous retrouvons Alexandre et Sarah, qui sont les deux personnages principaux de cette histoire (Romain, malgré le fait qu'il soit l'une des clés du roman, passe tout de même pour un personnage secondaire pour moi). Alexandre est plutôt froid, distant et renfermé sur lui-même au début du livre, et ce même pour le lecteur. Heureusement, Sarah arrive assez rapidement dans l'histoire et "débloque" quelque peu son ami, qui se révèle sous un jour nouveau, retirant le masque de tristesse qu'il avait revêtu lors de sa rentrée en classe. Ainsi, on découvre un Alexandre un peu plus sociable, beaucoup moins renfermé sur lui-même et qui prend pas mal d'initiative, même si Sarah reste quand même un peu la leader du petit groupe qu'ils forment avec Romain. En effet, celle-ci propose pas mal d'idées pour arriver à esquiver ou affronter la bande à Théo, quitte à parfois foncer dans le tas sans réellement réfléchir, ce qui aurait pu avoir parfois des conséquences dramatiques dans le dénouement de l'histoire. Je trouve vraiment que tous deux forment un bon duo, perspicace et attachant. J'ai beaucoup aimé les suivre durant tous le bouquin. Côté personnages secondaires, j'aime beaucoup Romain, le frère d'Alexandre, avec lequel le lecteur ne peut ressentir que de la compassion pour lui et la situation dans laquelle il se retrouve, et ce bien malgré lui. Le petit Aérien Courantd'Air m'a beaucoup plu également, il m'a fait pensé à un jeune enfant d'une dizaine d'années plongé malgré lui au centre d'une guerre qui le dépasse. Là encore, c'est la compassion qui prime.

Le roman débute par un prologue étrange, qui met en scène Courantd'Air et Blizzard, où il est question des Aériens. Pour quelqu'un qui n'a pas lu de résumé et n'a pas eu d'informations sur le livre, tout cela peut sembler un peu flou. Mais au final, quelle surprise et quelle imagination de Marie-Catherine Daniel ! Je trouve très fort le coup de mettre en parallèle la guerre entre les Aériens et celle que livre la bande à Théo à Romain et Alexandre. Ainsi, les deux peuvent s'emmêler, se démêler, se lier pour offrir au lecteur un bouquin rempli de suspens et de rebondissements. L'action est présente, on ne s'ennuie quasiment pas durant toute la durée du bouquin. De plus, les vingt dernières pages, là où l'aventure est à son paroxysme, sont beaucoup moins prévisibles que ce que j'aurais pu penser au départ, ce qui nous offre pas mal de surprise de qualité. L'auteure a véritablement su créer un univers avec ses créatures faites de vent et de molécules minuscules, et je me suis même surpris à penser qu'ils pourraient vraiment exister, ces Aériens. Peut-être pourrait-elle faire un tome 2 un peu plus axé sur les Aériens, leur origine, la manière dont ils sont gouvernés, etc... Un véritable petit monde aérien ! Je sens qu'il y a beaucoup de potentiel derrière ce bouquin.

Pour parler rapidement de la plume de Marie-Catherine Daniel, je pense qu'avec les descriptions très précises qu'elle nous a offert, elle a bel et bien dû vivre durant son enfance dans une ville ou dans une tour similaire au décor qui sert de toile de fond dans son roman. Par ailleurs, j'ai vraiment aimé le style de l'illustrateur, Timothée Leman. Son style m'a un peu rappelé celui de Rébecca Dautremer.

Le livre se finit sur une note positive, qui laisse un sourire sur nos lèvres et un soupir de satisfaction sortant de notre gorge. "Eh bien, quelle histoire !"


Un roman qui change des publications habituelles de Sarbacane, qui varie encore une fois et sort de sa zone de "confort de publications". La prise de risque est réussie puisque voilà un roman qui mêle suspens, originalité, et action. De quoi au plus jeunes comme au plus grands !

Le journal de Gurty : Marrons à gogo de Bertrand Santini



Auteur & Illustrateur : Bertrand Santini 

Maison d'édition : Sarbacane 

Collection : Pépix 

Nombre de pages : 176 pages


Année de sortie : 2017




Résumé : La nature s’endort et Gurty se réveille… Hourra ! C’est parti pour de nouvelles aventures couleur marron et goût châtaigne !

Mais une menace plus terrible que celle des citrouilles fantômes et des champignons vénéneux plane dans les environs : un mystérieux voleur d’animaux kidnappe un à un les chats et les chiens du voisinage !!… Alarmés, Fleur et Gurty tentent de se protéger d’une éventuelle attaque. Mais bientôt, Tête de Fesses, est à son tour kidnappé. Plus le choix : Gurty et Fleur unissent leurs forces pour tenter de retrouver leur ennemi préféré...


Introduction : Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Sarbacane pour cet envoi !

Ah Gurty ! Sans aucun doute l'un de mes Pépix préférés depuis que j'ai découvert cette collection, il y a de ça plus de deux ans maintenant ! Après un tome 1 ensoleillé, au beau milieu des grandes vacances et un tome 2 sous la neige hivernale, nous voici dans l'entre-deux : Gurty débarque en Provence, au beau milieu des mois d'Octobre et de Novembre, sous les feuilles tombantes des arbres avec le froid qui commence à prendre possession des lieux. Alors, cette fois-ci, la magie opère ? Oh que oui !


Commentaire : Pour les personnages, on prend les mêmes et on recommence ! Le lecteur retrouve donc avec plaisir Gurty, Fleur, Tête-De-Fesses, l'Ecureuil qui fait hi hi, et toute cette multitude de personnages qui font le charme de cette saga. Les humains Gaspard et Pépé Narbier sont aussi de la partie, même si ces derniers sont beaucoup moins mis en avant que dans le tome précédent. Le lecteur en apprend pas mal sur les passions des deux chiennes en automne, ainsi que sur leur passe-temps favoris. Gurty nous décrit encore un peu plus les difficultés de langage de Fleur, et on remarque également la naïveté de cette dernière. Bertrand Santini a vraiment encore poussé et forgé la personnalité de ces deux personnages principaux, si bien qu'on a parfois l'impression que le bouquin met en scène deux humains, mais leur innocence et un vocabulaire si bien employé nous rappelle que Fleur et Gurty restent deux chiennes qui comprennent parfois mieux les Hommes que les Hommes, justement.

Du côté de l'histoire, je trouve que celle-ci est vraiment beaucoup plus axée sur Fleur et Gurty. Pour rappel, dans le roman précédent, la petite chienne était "en guerre" contre la petite amie de Gaspard. Dans ce troisième opus, l'histoire (toujours racontée à la première personne par Gurty) est beaucoup plus axée sur les activités, les passions, les conversations, les débats les deux petites femelles. Gurty nous narre ses journées, ses petits tracas, ses petites satisfactions du quotidien, et nous, on se marre. Bertrand Santini est un peu revenu au même procédé de narration que pour le premier tome, avec le récit en mode "journal intime" qui prime sur une véritable histoire avec suspens et intrigue, étant donné que celle-ci n'intervient que dans les cinquante dernières pages je dirais. Dans le livre précédent, l'auteur avait fait le contraire, avec une histoire qui primait sur le récit du quotidien. Le journal de Gurty est un livre qui se lit quasiment d'une traite, qui nous plonge d'une manière très réaliste dans la tête d'un animal de compagnie avec une telle simplicité... Gurty est une saga qui permet de se décontracter, de s'aérer l'esprit après une lecture forte en émotion. C'est une lecture qui détend, qui vous fait du bien. Et c'est rare par les temps qui court.

Je voulais parler de cela dans le paragraphe réservé aux personnages, mais étant donné que l'écriture était impliquée, j'ai trouvé plus logique d'écrire cela dans cette partie de la chronique. J'ai trouvé Gurty vraiment plus mûre à certains moments de l'histoire. Evidemment, sa naïveté prend le pas la plupart du temps, mais il y a tout de même eu des moments qui m'ont surpris (celui de la tempête pour ceux qui ont déjà lu le roman), et cela se traduit notamment dans la plume de Bertrand Santini. Dès les premières pages, j'ai découvert une certaine musicalité, une structure dans les phrases. Je me suis amusé à relire ces passages à voix haute. Je retrouvais déjà cette pointe de poésie dans le reste de la saga, mais je l'ai vraiment trouvée accentuée dans ce dernier opus. Il y a des moments où j'ai vraiment été impressionné par la plume de Bertrand Santini. Après, je n'ai pas trouvé cela terriblement surprenant, car j'ai lu pas mal de chroniques sur les autres bouquins de cet auteur, qui sont catégorisé dans le Young-Adult, et il en ressortait souvent que la plume du romancier possède vraiment une touche poétique. J'ai hâte d’en lire plus de découvrir Bertrand Santini dans un exercice réservé aux plus grands ! 

D'après le site de Sarbacane, deux nouveaux tomes sont prévus pour 2018... Youpi ! Hâte de te retrouver Gurty !

Un très bon troisième tome, qui ne décevra pas les lecteurs de cette saga incontournable et rafraîchissante !